Canal D (haut de page)

Blogue de jean lemire

4358 - I - Crédit photo Richard Sears, MICS
4357 - I - Crédit photo MICS
4356 - I - Crédit photo Richard Sears, MICS
4355 - I - Crédit photo MICS
4353 - I - Crédit photo MICS
4352 - I - Crédit photo MICS
Écho Action est un programme qui vous propose des trucs pour passer le mot sur la biodiversité. En savoir plus
28 février 2017|Jean Lemire

Le mystère de la baleine bleue

Des vents forts du sud-est balaient le détroit de Cabot et ne proclament rien qui vaille la peine d’empoigner une mer de tempête. Ici, quand Éole s’exprime en rafales et concentre l’Atlantique entre Terre-Neuve et la Nouvelle-Écosse, indubitablement, la mer monte et les marins grondent. Pas besoin de se prouver quoique ce soit aujourd’hui. On rentre à la maison ! Cap au vent capitaine, pour rejoindre les îles de la Madeleine, le temps de souffler cette tempête qui ne nous aura pas, du moins pas cette fois.

Nous sommes en mission dans le golfe du Saint-Laurent, à la recherche des rorquals bleus. Richard Sears et une partie de l’équipe de la Station de recherche des îles Mingan ont rejoint le Sedna IV pour cette grande expédition, loin au large. Le grand voilier permet aux scientifiques d’étudier des recoins du grand fleuve qui demeurent souvent inexplorés, en raison des difficultés de navigation dans ces secteurs peu fréquentés.

Nous avons quitté la baie de Gaspé et suivons une route qui longe les abords du chenal Laurentien. Si les conditions météorologiques le permettent, nous espérons patrouiller un secteur situé près des îles Saint-Pierre et Miquelon, en terres de France, là où des rorquals bleus ont été observés. Le Saint-Laurent, sous ses latitudes, représente une véritable porte d’entrée (ou de sortie) pour les baleines qui viennent profiter des richesses du golfe et de l’estuaire.

Malgré des décennies de recherche scientifique, le grand mystère de la baleine bleue demeure entier : personne ne sait où vont ces animaux lorsqu’ils quittent le Saint-Laurent.

L’utilisation d’émetteurs satellites, installés sur le dos des rorquals bleus, permettra peut-être, un jour, de lever le voile sur les routes migratoires du plus grand animal de tous les temps. Nous en avons huit à bord, près à être déployés ! Mais encore faut-il trouver ces rorquals bleus qui, malgré leur taille imposante, ont jusqu’à maintenant réussi à se dissimuler dans l’encoignure des vagues qui s’opposent et se confrontent, assez pour que nous trouvions refuge chez nous, dans ces îles qui servent d’écoinçons à l’embrasure d’un Cap-aux-meules protégé, où chante encore la langue de ceux et celles qui vivent par et pour le grand fleuve.

Souhaitez-nous bon vent pour cette importante expédition ! Mais pas trop quand même…

Commentaires1
  • Michelle Plouffe
    15 septembre 2014
    Bon vent à toute l'équipe ! Vous faites un travail remarquable !
Merci de votre participation. Veuillez prendre note que votre commentaire sera modéré avant publication.
Ajoutez votre commentaire
Canal D Horaire Émissions Webtélé Extras Découvertes Concours CanalD sur Facebook FAQ Nous joindre Horaire Découvertes Concours FAQ Nous joindre CanalD sur Facebook CanalD Investigation