Un prix sur leur tête?

Par Marika D'Eschambeault | 16 avril 2013| Polynésie Française
2462 - I - Crédit photo Bruce McAdam / Creative Commons L'espèce est représentée par des individus au pelage tacheté ou noir. L'espèce est représentée par des individus au pelage tacheté ou noir.
2464 - I - Crédit photo Cburnett / Creative Commons Le jaguar (Panthera onca) est le plus grand félin des Amériques. Selon l'UICN, l'espèce est classée quasi menacée et ses effectifs sont en déclin. Le jaguar (Panthera onca) est le plus grand félin des Amériques. Selon l'UICN, l'espèce est classée quasi menacée et ses effectifs sont en déclin.
2465 - I - Crédit photo Marcus Obal / Creative Commons L'humain et le jaguar sont en compétition. L'habitat du jaguar est aujourd'hui estimé à 46% de son aire de distribution initiale. L'humain et le jaguar sont en compétition. L'habitat du jaguar est aujourd'hui estimé à 46% de son aire de distribution initiale.
2461 - I - Crédit photo José F Gonzalez-Maya / ProCat2008 Ce jaguar est capté par l'œil d'une caméra à détecteur de mouvement. Ce jaguar est capté par l'œil d'une caméra à détecteur de mouvement.
2463 - I - Crédit photo José F Gonzalez-Maya / ProCat2007 En juillet prochain, José et son équipe tenteront à nouveau la capture d'un jaguar. En juillet prochain, José et son équipe tenteront à nouveau la capture d'un jaguar.

L’épisode Mission Biodiversité diffusé à l’émission Découverte nous dévoilait la cohabitation difficile entre les humains et les jaguars au Costa Rica. Le sourire des braconniers avec la tête d’un jaguar entre les mains est calqué dans ma mémoire. Depuis, des centaines de jeunes élèves du primaire et du secondaire veulent connaître la suite de l’histoire. Pourquoi les gens tuent-ils d’aussi beaux animaux? A-t-on attrapé les braconniers? Est-ce que les jaguars étudiés ont été retrouvés ou sont-ils encore « portés disparus »? Pas un jour ne passe sans qu’une question au sujet des jaguars nous soit posée.

Vendredi dernier, un message de José F. González Maya nous livrant une mise à jour nous est arrivé à point pour tarir certains questionnements… ou en créer d’autres!

Grand prédateur, le jaguar souffre du fait qu’il partage son territoire et ses proies avec l’humain. Le territoire d’un jaguar mâle peut s’étendre sur une quarantaine de km2 et lui sert de refuge, de garde-manger et d’arène de séduction. L’humain, quant à lui, gruge de plus en plus l’habitat du jaguar, pour étendre ses cultures ou exploiter le bois. La compétition est à son comble, car les chercheurs estiment que 27 % du territoire du jaguar a été vidé de proies sauvages par les humains. Alors, le jaguar se résout à franchir les frontières des pâturages et attaque les bêtes d’élevage pour se nourrir. Enragés par la perte de leurs vaches ou de leurs chèvres, les éleveurs perçoivent les jaguars comme une menace. N’ayant pas l’agilité, les griffes ou les canines de leur adversaire, les éleveurs ont alors recours aux armes.

Au creux du paysage montagneux où a eu lieu le tournage, José nous informe que la joute se corse d’un cran. Dans le pays voisin, au Panama, un réseau tente de restaurer la traite des peaux de jaguar. Les éleveurs Ticos voient donc l’opportunité de se débarrasser des félins compétiteurs en étant payés pour les peaux sur le marché noir… Voilà donc pourquoi les jaguars sont soudainement mis à mort dans ce coin du monde, après des années d’effort de conservation.

Ces actes sont illégaux : la chasse au jaguar étant strictement interdite dans 12 des 19 pays couvrant sa répartition. Difficile toutefois de trouver les coupables…

Depuis le passage de l’équipe de tournage, José et son équipe sont retournés fouler les sentiers dans l’espoir de capturer un jaguar pour la recherche, mais en vain. Cette deuxième tentative loupée ne s’explique pas forcément par l’absence des jaguars. En effet, puisque la densité de l’animal se situe entre deux et huit individus par 100 km2, il est donc ardu pour les chercheurs de ratisser aussi large!

Même avec photo à l’appui, il semblerait que les dissidents du documentaire soient toujours en liberté. Or, José nous rassure en disant que si des braconniers sont repérés, ils sont passibles d’amendes salées et d’emprisonnement. C’est le prix à payer pour chasser le plus grand félin des Amériques.

Loin de baisser les bras, l’équipe de José se prépare pour un troisième essai en juillet. En capturant ne serait-ce qu’un jaguar, ils seront en mesure de déterminer son territoire et de concentrer les efforts d’éducation aux habitats critiques pour leur conservation.
Alors là, cette tête de chercheur vaut de l’or!

Ticos: Nom commun donné aux personnes natives du Costa Rica

« précédent suivant »
Commentaires0
Merci de votre participation. Veuillez prendre note que votre commentaire sera modéré avant publication.
Ajoutez votre commentaire