Entre deux îles…

Par Marie-Ève André | 30 juillet 2013| Les îles Salomon
2886 - I - Crédit photo Marie-Ève André L'Île de Savo s'efface derrière nous L'Île de Savo s'efface derrière nous
2887 - I - Crédit photo Jérôme Lefrançois Notre petite embarcation ressemble à un jouet pour enfant dans un bain tourbillon Notre petite embarcation ressemble à un jouet pour enfant dans un bain tourbillon
2885 - I - Crédit photo Marie-Ève André L'Île de Savo abrite de petits et grands animaux L'Île de Savo abrite de petits et grands animaux
2883 - I - Crédit photo Joseph Smith L'insaisissable mégapode L'insaisissable mégapode
2884 - I - Crédit photo Marie-Ève André Maison végétale dissimulée sous les cocotiers Maison végétale dissimulée sous les cocotiers

Mon visage est recouvert d’une croûte de sel séchée, mes yeux brûlent et … j’ai mal aux fesses! Notre petite embarcation, que je qualifierai de modeste, ressemble à un jouet pour enfant dans un immense bain-tourbillon. Les vagues se heurtent violemment sur les parois du bateau et nous revolons dans tous les sens. En retombant sur les bancs de bois craquelés, nos derrières endoloris rebondissent brutalement en cherchant un objet moelleux pour amortir les chocs. Rien n’y fait.

Malgré cette agitation, je cogne des clous. L’après-midi tire à sa fin et je travaille depuis les petites heures du matin. À demi sommeil, je contemple Savo, l’île mystérieuse que nous venons de quitter et qui s’efface peu à peu dans le brouillard : son volcan recouvert de forêts aux arbres tordus, ses montagnes escarpées, ses maisons végétales dissimulées sous les cocotiers… Cette vision nourrit mon imaginaire. Je suis dans un rêve. Les pensées se bousculent dans ma tête…

Le métier de biologiste est bien imprévisible… Ce voyage était à l’horaire depuis quelques semaines. Son objectif principal se résumait en l’observation des mégapodes mélanésiens (Megapodius eremita), si bien décrits par Jade Anais dans son dernier journal intitulé La quête inconquise. Mais la chance en avait décidé autrement. Les intempéries et l’inaccessibilité des sites de ponte ont eu raison de nous. Nous avons dû rebrousser chemin. J’aurais tant aimé voir les mégapodes…

Aïe! Une autre vague nous secoue. Nous sommes maintenant au milieu de la mer. Il n’y a aucune île en vue. Ces îles lointaines abritent des espèces si uniques…

Le Mégapode mélanésien n’existe nulle part ailleurs sur la planète : il est endémique aux Îles Salomon et à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Règle générale, l’éloignement géographique des îles par rapport aux masses continentales favorise l’évolution de nouvelles espèces qui développent au fil du temps des caractéristiques propres. Selon l’UNESCO, si on exclut les oiseaux marins, 82% des oiseaux des Îles Salomon sont des espèces ou des sous-espèces endémiques à cette région du globe. Il s’agit du plus haut degré d’endémisme au monde chez les oiseaux par unité de surface! Bien des animaux qui nous paraissent étranges peuplent les îles du monde. Nous n’avons qu’à penser aux tortues géantes des Galapagos ou aux lémuriens de Madagascar…

À droite! Des poissons-volants! Des dizaines de poissons-volants! Depuis le temps que je rêve d’en voir! De mon petit banc instable, je les fixe avec étonnement et admiration. L’observation des êtres vivants est remplie de surprises. Et nous sommes parfois si ignorants…

La communauté scientifique connaît peu de choses sur plusieurs espèces qui nous entourent. Les espèces dont la répartition géographique est restreinte, comme le mégapode mélanésien, sont souvent difficiles à étudier. Notre expérience sur l’île de Savo le confirme. L’isolement qui leur a permis d’évoluer met aujourd’hui un frein à la mise en place de projets de recherche qui permettraient de démystifier leurs mœurs et leur biologie. Qui plus est, les effectifs de leurs populations sont souvent limités ce qui les rend vulnérables à l’extinction.

Le quai d’Honiara est maintenant en vue et j’admets que mon popotin s’en réjouit! Mais d’ici quelques jours, le Sedna IV quittera les Îles Salomon en direction de l’Indonésie, le plus grand archipel du monde… Quelles créatures insolites allons-nous rencontrer sur ces îles mythiques? Et quelles surprises nous réserveront nos observations?

« précédent suivant »
Commentaires0
Merci de votre participation. Veuillez prendre note que votre commentaire sera modéré avant publication.
Ajoutez votre commentaire