La vanille en péril

Par Eddie Persent | 22 janvier 2014| Île de la Réunion
3725 - I - Crédit photo Eddie Persent Fleur de vanille Fleur de vanille
3721 - I - Crédit photo Eddie Persent Coffre de maturation. Chaqu'un des rubans correspondant à un producteur Coffre de maturation.  Chaqu'un des rubans correspondant à un producteur
3720 - I - Crédit photo Eddie Persent Sèchage des gousses de vanille. Chacune des tablettes corespondant à un producteur Sèchage des gousses de vanille.  Chacune des tablettes corespondant à un producteur
3724 - I - Crédit photo Eddie Persent Grandeur et prix des gousses de vanille d'un vendeur au marché de St-Pierre Grandeur et prix des gousses de vanille d'un vendeur au marché de St-Pierre
3723 - I - Crédit photo Eddie Persent Panier de vanille à classer selon la grandeur des gousses Panier de vanille à classer selon la grandeur des gousses
3719 - I - Crédit photo Eddie Persent Plan de vanille Plan de vanille
3718 - I - Crédit photo Eddie Persent
3722 - I - Crédit photo Eddie Persent Panier de vanille à classer selon la grandeur des gousses Panier de vanille à classer selon la grandeur des gousses

La vanille est certainement une des épices les plus connues dans le monde puisque son origine remonte au temps des Mayas (au Mexique), il y a plus de 2000 ans.

La vanille est une plante de la famille des orchidées. Il en existe plus de deux cents espèces dont quinze ont un intérêt aromatique. Parmi celles-ci, seulement trois ont des odeurs assez puissantes pour en faire la commercialisation : la Vanilla planifolia du Mexique, Vanilla tahitensis de Tahiti, Vanilla pompona de Guyane.

Mais peu d’endroits sont capables de la faire fleurir et d’avoir des gousses qui produiront la vanille telle que l’on connaît et ici à l’île de la Réunion, nous sommes dans « la Mecque » de la vanille bourbon.

Les années 30 furent l’âge d’or de la vanille (Vanilla planifolia) à l’île de la Réunion. Avec 1200 tonnes, soit plus du trois quarts de la production mondiale, ces années ont été la période de gloire de la vanille pour ce coin de pays.

De nos jours la production de la vanille de la Réunion n’est plus l’ombre d’elle-même avec ces 35 tonnes par an. Les gros joueurs étant maintenant des pays comme le Madagascar, l’Indonésie, le Mexique, la Chine depuis peu, ainsi que dans une moindre mesure les îles Comores. Mais ici à la Réunion, la vanille est d’une qualité exceptionnelle.
Comment arrive-t-on alors à faire avec cette gousse verte, une gousse noire si odorante? Le processus est assez complexe.

Les gousses sont récoltées après neuf mois de croissance. Elles sont d’abord échaudées, puis mises dans une caisse remplie de couvertures de laine pour les faire transpirer (perdant ainsi un tiers de leur eau). Les gousses sont ensuite séchées au soleil, puis à l’ombre. Les malles de maturation constituent la dernière étape et c’est lors de cette phase que les arômes de la vanille s’élaborent. Tout le processus s’étire sur près de deux ans. Ensuite, c’est l’extase pour un amateur de vanille comme moi.

Mais depuis quelque temps, trois ombres aux tableaux apparaissent pour les producteurs de vanille. À la Réunion, aux marchés du Port, de St-Denis ou de St-Pierre, la vanille de mauvaise qualité à bas prix venant de Madagascar prend une place de plus en plus importante sur les étalages. Ce type de produit est vendu notamment auprès des touristes, et ceux-ci ont parfois de bien mauvaises surprises en rentrant chez eux. “C’est une catastrophe pour l’image de la vanille. Les touristes achètent ce type de vanille, mais quand ils arrivent chez eux, elle est moisie”, nous explique Bertrand Côme, le responsable de la Vanilleraie à Saint-Suzanne. Selon lui, les gousses moisissent car le taux d’humidité n’est pas respecté, elles ont un taux de vanilline trop faible (un antiseptique naturel protégeant la plante des champignons) et les techniques de conservation ne sont pas adéquates.

Une deuxième problématique, et non la moindre, les cyclones qui sont de plus en plus gros depuis une dizaine d’années avec des vents et des pluies diluviennes, causent certains maux de tête aux producteurs de vanille. Dans certains cas, des vents pouvant atteindre plus de 300 km/h lors du passage des cyclones ont été enregistrés. Ceux-ci provoquent des ravages importants dans les cultures de vanille en cassant les grappes pleines de gousses, en arrachant les plants et en cassant les feuilles. Quand ils sont certains que le cyclone passera à moins de 100 km de l’île, l’unique solution afin de protéger les gousses est d’attacher les grappes sur la plante deux jours avant que le cyclone touche l’île. Le stress causé aux plants retarde la croissance de la plante pendant près de 6 mois. En septembre lorsqu’elle repousse, la vanille choisit de reconstituer ses feuilles et ses tiges à la place de fleurir, perturbant ainsi la production de l’année suivante.

Depuis quelques années, une troisième problématique est apparue avec les changements climatiques. En 2011, à cause d’une saison des pluies moins marquée et beaucoup plus sèche, le nombre de fleurs a diminué de façon substantielle, produisant moins de gousses et des gousses beaucoup plus petites. Quand on sait que des gousses de moins de 15 cm n’ont pas beaucoup de valeur, cela peut être catastrophique pour les producteurs de vanille de la Réunion.

Et malheureusement, de nouveaux problèmes pourraient se pointer à l’horizon et affecter encore davantage la production de la vanille : un insecte ravageur ou une nouvelle maladie fongique dévastatrice, qui sait? Il est probablement encore temps de s’arrêter et de réfléchir aux moyens de protéger cette production afin que l’on puisse profiter encore longtemps des moments de plaisir que nous procure cette épice fantastique.

« précédent suivant »
Commentaires1
  • MAMIREILLE
    25 janvier 2014
    Il existe un autre lieu où se cultive la vanielle : TAHAA une île en Polynésie Française où les gousses de vanille sont pour moi supérieures à celles de la Réunion ou de Madagascar - A découvrir vous serez séduit
Merci de votre participation. Veuillez prendre note que votre commentaire sera modéré avant publication.
Ajoutez votre commentaire