Abeille
ABEILLE MAP
photo1de2
Abeille

Nom commun : abeille
Nom scientifique : superfamille des Apoïdes
Taille : moyennes de 12 mm (les ouvrières), 15 mm (les mâles ou « faux bourdons ») et 18 mm (la reine)
Poids : N/A
Population : N/A
Distribution : Global (sauf les régions polaires)
Enjeux : syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles, pollution
Statut Liste Rouge UICN : N/A

Description :
Les abeilles appartiennent à la superfamille des Apoïdes, laquelle comprend également les guêpes. Les abeilles sont des insectes sociaux, qui se nourrissent de végétaux et qui butinent, c’est-à-dire qui volent de fleur en fleur en quête de nourriture et d’autres substances utiles. Les récoltes de l’abeille sont constituées de quatre matières, principalement : le pollen (les minuscules grains qui servent à féconder les végétaux), le nectar (le liquide sucré que sécrètent les plantes pour attirer les insectes pollinisateurs et la matière première du miel), le miellat (un liquide épais sucré excrété par certains insectes pour nourrir leurs pucerons et pouvant servir à l’élaboration du miel) et la propolis (une résine végétale servant à l’entretien de la ruche). L’essentiel du pollen qu’elles cueillent sert à nourrir les larves.

Les abeilles sont présentes sur tous les continents, exception faite de l’Antarctique. Il en existe près de 20 000 espèces, peut-être plus. L’espèce la plus connue est Apis mellifera, l’abeille domestique qui produit le miel et la cire dont font bon usage les humains depuis des milliers d’années. Toutefois, seulement 7 espèces et 44 sous-espèces d’abeilles produisent le miel, une fraction infime parmi toutes les abeilles. Principal insecte pollinisateur, elles jouent un rôle de premier plan dans les écosystèmes de la planète en permettant aux plantes à fleurs de se reproduire.

Il est difficile de généraliser ce groupe d’insectes qui, par la variété de ses traits et comportements, adopte différentes formes d’organisation sociale, d’habitudes alimentaires et d’activités. Certaines abeilles sont, par exemple, dépourvues de dards, d’autres sont immenses par rapport à leurs cousines, ayant un corps de 4 cm et une envergure d’ailes de 6 cm, d’autres encore se nourrissent de charogne, d’autres enfin ne construisent pas de ruche et s’introduisent dans celles des autres espèces pour y pondre leurs œufs… Toutes les abeilles suivent toutefois le même plan morphologique : elle dispose d’une tête, d’un thorax et d’un abdomen. Elles portent 3 paires de pattes et 2 paires d’ailes.

Il y a au moins 1000 espèces d’abeilles au Canada, dont près de 365 espèces au Québec. Apis mellifera, l’abeille productrice de miel par excellence, est organisée en colonies établies dans les ruches et compte 3 castes : la reine qui pond jusqu’à 2000 œufs par jour et qui vit environ 4 ans, puis les ouvrières, ses filles infertiles, qui assurent le bon fonctionnement et la protection de la colonie (typiquement 40 000 dans la colonie où elles vivent environ 1 mois et demi et meurent d’épuisement) et enfin les mâles ou « faux-bourdons» qui ne servent qu’à féconder la reine (typiquement 2500 qui vivent environ 3 mois).

Menaces :
Un mal mystérieux, observé depuis quelques décennies, mais s’aggravant depuis 2006, affecte les abeilles domestiques causant la disparition des colonies par ailleurs considérées en bonne santé. Ce phénomène est appelé Syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles et il accable peut-être aussi les abeilles sauvages. Par conséquent, les productions apicoles de par le monde en sont grandement perturbées. Mais, outre l’importance de la production de miel pour notre propre plaisir, ce déclin, s’il persiste, met en péril la pollinisation des plantes à fleurs qui s’appuient en grande partie sur la présence des abeilles pour se reproduire. Par ailleurs, près de 35 % des ressources alimentaires mondiales dépendent de la pollinisation des plantes !

2007 fut une année particulièrement noire pour les colonies d’abeilles domestiques (espèce pour laquelle nous avons le plus de données). Plusieurs pays d’Europe ont annoncé que plus de la moitié des ruches avaient été désertées par les abeilles. En Amérique du Nord, des cas similaires ont été rapportés dans au moins 24 états, ainsi qu’au Canada. Depuis 2007, environ 30 % des ruches sont ainsi abandonnés chaque année.

Un ensemble de causes seraient responsables de cet inquiétant phénomène. Les chercheurs sont à la recherche de parasites, de virus, d’agents chimiques, de facteurs environnementaux, de pratiques inappropriées qui pourraient expliquer ce syndrome. L’une des pistes les plus prometteuses est l’insecticide imidaclopride utilisée dans de nombreux pesticides répandus sur les campagnes du monde depuis 1991. Cette substance cible le système nerveux des insectes qui consomment les plantes où elle fut appliquée.

Le saviez-vous?
Les abeilles domestiques produisent 14 400 battements d’ailes chaque minute, soit 240 fois par seconde ! Cela explique leur bourdonnement distinctif.
Une livre (0,5 kg) de miel implique environ 10 000 000 de voyages au total pour rassembler les quantités suffisantes de nectar. Cela revient à environ 2 000 000 fleurs visitées et une distance totale d’environ 85 000 km parcourus. Une colonie peut produire jusqu’à 200 lb (90 kg) de miel chaque année!

RÉFÉRENCES: Liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et Encyclopedia of Life.

Le Sedna aujourd'hui
Suivre la mission
Devenez MARIN VIRTUEL pour communiquer par courriel avec l’équipage, assister en direct à des diffusions depuis le bateau, télécharger de magnifiques fonds d’écran, et bien plus encore.
ENSEIGNANTS, inscrivez-vous dès maintenant et soyez les premiers informés des dernières nouvelles de la mission et des mises à jour de la section Éducation. Votre inscription vous donnera accès aussi à des projets pédagogiques qui vous permettront de parler en direct avec l’équipage du SEDNA IV.