Frégate superbe
Frégate superbe. Le mâle prend bien soin de sa femelle en lui offrant des branches pour construire le nid
FRÉGATE SUPERBE MAP
photo1de3
Frégate superbe

Nom commun : frégate superbe, malfini
Nom scientifique : Fregata magnificens
Taille : 100 à 230 cm (envergure des ailes jusqu’à 2,5 m)
Poids : 1360 à 1815 g (3 à 4 lb)
Population : environ 60 000
Distribution : le long des côtes tropicales et subtropicales d’Amérique, sur les îles, les rivages et dans les mangroves
Enjeu : perturbations humaines
Statut Liste Rouge UICN : préoccupation mineure

Description :
Frégate de grande taille, aux ailes longues et effilées, cet oiseau marin se nourrit de poissons, de tortues, de calmars, de méduses et de crustacés. Le mâle, tout noir, est ornementé d’un sac gulaire rouge vif, une poche membraneuse extensible située sous son long bec crochu, qu’il gonfle pour parader devant les femelles durant la saison des amours. La femelle est, quant à elle, noire avec une poitrine blanche et des taches blanches aussi sur les ailes. Elle est en moyenne 15 % plus grande que le mâle. Leur queue est fourchue et leurs pieds sont petits et inadaptés à la marche ou à la nage.

Au cours de la saison de reproduction, les mâles se regroupent pour s’afficher aux yeux des femelles. Là, ils gonflent leur sac gulaire jusqu’à ce qu’il cache la tête basculée vers l’arrière, puis, ils font rapidement battre leurs ailes déployées et s’assoient sur leur queue, exhibant leurs ainsi leurs atours aux femelles. Les femelles entreprennent alors de les inspecter pendant qu’ils émettent des cris stridents. Toute cette procédure vise à assurer un plus grand succès reproducteur aux mâles qui présentent les meilleurs cris ainsi que les plus belles plumes et sac gulaire, signes de la vigueur de leur bagage génétique. Les couples qui se forment alors produisent un seul œuf. Si les mâles s’accouplent chaque année, les femelles ne le font que tous les deux ans puisque leur investissement parental est plus long que pour les mâles. D’une année à l’autre, de nouveaux couples se constituent.

Le plumage des frégates superbes étant perméable, elles ne peuvent se poser sur l’eau ou y plonger pour se saisir des poissons dont elles raffolent tant, sinon elles se noieraient. Elles puisent donc la nourriture qui se trouve à moins de 15 cm de la surface de l’eau. Les frégates superbes n’en demeurent pas moins de redoutables prédatrices. En effet, continuellement en vol, elles harcèlent les autres oiseaux et les contraignent à régurgiter leur pitance pour s’en nourrir. Ce mode d’alimentation se nomme cleptoparasitisme. Ainsi, fous de Bassan, sternes et goélands sont pourchassés par la frégate superbe, parfois même poursuivis et attrapés par les plumes de la queue, puis secoués jusqu’à ce qu’ils libèrent leur proie. Elles sont aussi opportunistes dans la mesure où elles peuvent se nourrir de toute nourriture disponible : ordures, restes de poissons jetés par les bateaux de pêche (bycatch), abats, etc. Elles se régalent aussi des jeunes tortues qui, après l’éclosion sur les plages, se dirigent, tant bien que mal, parmi les sables ondulés vers les eaux sécuritaires. Les frégates superbes peuvent même aller jusqu’à s’emparer d’un aliment que vous portez à votre bouche, si d’aventure vous vous trouviez dans son aire de répartition !
Les femelles mangent plus que les mâles afin de nourrir les nouveau-nés.

Leurs nids sont établis dans les arbres ou parmi la végétation touffue des îles et rivages qu’ils élisent pour lieux de reproduction. Certaines colonies peuvent atteindre 2500 paires de frégates superbes, comme à Barbuda, dans les Caraïbes. La plus vieille frégate superbe connue avait 34 ans.

Menaces :
La frégate superbe est classée par l’Union mondiale pour la conservation de la nature comme étant de préoccupation mineure. Son aire de répartition est très vaste, ce qui constitue un atout pour l’espèce. Toutefois, comme pour la majorité des oiseaux, le nombre d’individus semble peu à peu à la baisse, sans doute en raison des nombreuses perturbations que causent les activités humaines sur les milieux naturels. Aucune menace bien définie n’a été observée pour la frégate superbe, mais l’on imagine bien que la pêche intensive réduit ses sources de nourriture.

Le saviez-vous?
La frégate superbe est l’un des rares oiseaux à passer l’essentiel de sa vie, en dehors de la saison de reproduction, uniquement dans les airs. Pour accomplir cet exploit sans s’épuiser, elle prend appui sur les courants ascendants d’air chaud qui peuvent la porter jusqu’à 2500 m d’altitude. Elle se déplace ainsi constamment de haut en bas et de bas en haut, pour économiser son énergie. L’aire de répartition de cette curieuse espèce serait donc en partie expliquée par la présence des alizés, ces vents intertropicaux ascendants et descendants qui soufflent dans ces régions.

RÉFÉRENCES: Liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et Encyclopedia of Life.

Le Sedna aujourd'hui
Suivre la mission
Devenez MARIN VIRTUEL pour communiquer par courriel avec l’équipage, assister en direct à des diffusions depuis le bateau, télécharger de magnifiques fonds d’écran, et bien plus encore.
ENSEIGNANTS, inscrivez-vous dès maintenant et soyez les premiers informés des dernières nouvelles de la mission et des mises à jour de la section Éducation. Votre inscription vous donnera accès aussi à des projets pédagogiques qui vous permettront de parler en direct avec l’équipage du SEDNA IV.