Paresseux à gorge brune
Paresseux à gorge brune
PARESSEUX GORGE BRUNE MAP
photo1de3
Paresseux à gorge brune

Nom commun : paresseux à gorge brune, paresseux tridactyle de Bolivie
Nom scientifique : Bradypus variegatus
Taille : 42 à 80 cm
Poids : 2,25 à 6,3 kg (5 à 14 lb)
Population : inconnue
Distribution : forêts d’Amérique du Sud et d’Amérique Centrale
Enjeu : destruction de l’habitat
Statut Liste Rouge UICN : préoccupation mineure

Description :
Le paresseux à gorge brune est l’un des quatre représentants de la famille des Bradypodidés, celle des paresseux à trois griffes. Celui-ci se caractérise par sa face et sa gorge colorées d’une fourrure brun foncé, par la bande sombre qui couvre chacune des tempes et par la petitesse de sa mâchoire. Le reste de son corps est gris-brun, avec une légère coloration verdâtre due aux algues qui résident sur son pelage, contribuant ainsi à son camouflage. Sa lenteur légendaire, fruit de son métabolisme lent, lui vaut le nom de « paresseux ». Celui-ci utilise d’ailleurs sa lenteur comme tactique pour ne pas être vu des prédateurs éventuels.

Une remarquable adaptation au fait d’être presque toujours suspendue à une branche par les quatre membres, en position de « hamac », consiste en l’extrême souplesse de son cou qu’il peut tourner jusqu’à 270 degrés.

On trouve le paresseux près de la canopée (le sommet de la forêt), où il se nourrit de feuilles, de fleurs et de fruits. Puisque sa diète quotidienne lui procure un faible rendement énergétique, il a de la difficulté à réguler la température de son corps. Sa masse musculaire est petite, son cœur relativement faible et son rythme cardiaque, plutôt lent. C’est ce qui explique sa préférence pour les canopées denses, là où le Soleil est à même de le réchauffer et là où les branches et lianes lui permettent de migrer d’un arbre à l’autre. D’ailleurs, il descend de son arbre pour faire ses besoins, seulement aux 10 jours environ, une opération lors de laquelle il peut perdre jusqu’à 30 % de sa masse corporelle!

Ainsi donc, la vie du paresseux à gorge brune s’écoule presqu’exclusivement dans la couronne des forêts tropicales, les plus grandes populations peuplant le bassin amazonien. La saison des amours est mal définie, mais l’on croit qu’elle se déroule avant la saison des pluies. Ainsi par des cris « aye aye » mâles et femelles se repèrent. Le mâle va alors à l’encontre de la femelle et la trouve dans son arbre, typiquement à 15 m du sol. L’accouplement dure en moyenne 10 – 15 minutes puis le mâle retourne à ses lents affairements. À l’issue de 5 à 8 mois de gestation, un petit paresseux naît. Celui-ci restera sur le ventre de la mère (toujours en position hamac) durant 4 mois, jusqu’à ce qu’il soit prêt à se tenir sur les branches, à se nourrir convenablement et à partir à l’exploration du vaste monde forestier qui l’entoure.

Son cycle de vie est peu connu, mais on estime sa longévité à 30 ou 40 ans.

Menaces :
Il n’y a pas de menaces persistantes à long terme qui pèsent sur le paresseux à gorge brune. La déforestation cause certes la perte des paresseux qui vivent dans ces forêts, mais l’aire de distribution de cette espèce est immense. On estime sa densité entre 2 et 8 individus par hectare. Ses prédateurs naturels sont les félidés, les aigles et les hiboux.

Le saviez-vous?
Le paresseux à gorge brune ne boit pratiquement jamais. Les liquides qu’il ingère proviennent essentiellement des végétaux dont il se nourrit.

RÉFÉRENCES: Liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et Encyclopedia of Life.

Le Sedna aujourd'hui
Suivre la mission
Devenez MARIN VIRTUEL pour communiquer par courriel avec l’équipage, assister en direct à des diffusions depuis le bateau, télécharger de magnifiques fonds d’écran, et bien plus encore.
ENSEIGNANTS, inscrivez-vous dès maintenant et soyez les premiers informés des dernières nouvelles de la mission et des mises à jour de la section Éducation. Votre inscription vous donnera accès aussi à des projets pédagogiques qui vous permettront de parler en direct avec l’équipage du SEDNA IV.