Requin marteau
La disposition des yeux au bout de leur appendice naturel permet une vision à presque 360 degrés, de haut en bas et d’avant en arrière.
carte requin marteau
Certaines populations sont migratrices, c’est-à-dire qu’elles se déplacent dans les mers plus chaudes ou plus sécuritaires pour aller se reproduire, tandis que d’autres sont sédentaires
le requin marteau est l’une des espèces les plus affectées par la pêche hauturière.
photo1de5
Requin marteau

Noms communs : requin marteau halicorne, requin marteau à festons
Nom scientifique : Sphyrna lewini
Taille : 370 à 420 cm
Poids : 150 kg (330 lb)
Population : inconnue (en déclin)
Distribution : dans les mers chaudes et tempérées, près des continents, des îles et des monts sous-marins
Enjeux : surexploitation, prises accidentelles
Statut Liste Rouge UICN : en danger

Description
Le requin marteau halicore est l’une des neuf espèces de requins marteaux. C’est l’un des plus grands requins marteaux et c’est probablement aussi l’espèce la plus répandue. La couleur de son corps varie entre le gris pâle et le brun, mais présente une peau plutôt blanche ou jaunâtre sur le ventre. Il est facilement reconnaissable, comme toutes les espèces de cette famille, à sa tête très aplatie et à ses yeux sur les côtés.

La forme caractéristique de sa tête, en forme de marteau, serait une adaptation pour mieux voir, s’orienter et détecter les proies. En effet, la disposition des yeux au bout de cet appendice naturel permet une vision à presque 360 degrés, de haut en bas et d’avant en arrière. De plus, comme plusieurs autres espèces de poissons, les requins possèdent sur le museau un réseau de senseurs qui leur permet de détecter les infimes variations des champs électriques présents dans l’eau. On appelle ampoules de Lorenzini cet organe sensitif constitué de pores et de terminaisons nerveuses. Les ampoules disposées autour de la bouche, des yeux et du nez, sont à même de capter de subtiles émissions électriques et sont d’une redoutable efficacité pour débusquer les proies. Ces cellules sensorielles sont aussi capables de « lire » la température de l’eau. Or, chez les requins marteaux, cette faculté serait poussée à l’extrême, les pores sensitifs étant distribués de part et d’autre de la tête en forme de T. Avec un tel capteur, ils peuvent ressentir l’électricité de leur environnement avec une grande acuité, au point de pouvoir, croit-on, percevoir les courants marins, une faculté plus qu’utile pour s’orienter dans les mers du globe (les courants marins, en se mouvant dans le champ magnétique de la Terre, produisent un faible champ électrique perceptible par les requins marteaux).

Les requins marteaux vivent dans tous les océans du monde, dans les eaux tropicales et tempérées, près des côtes, des îles, des plateaux continentaux et des monts sous-marins. On les retrouve jusqu’à 275 mètres de profondeur. Ils se nourrissent en grande partie de poissons téléostéens (le nom scientifique pour désigner la plupart des poissons) et de céphalopodes (pieuvres et calmars) mais également de crevettes, de crustacés (crabes et homards), de raies, ainsi que d’autres espèces de requins.

Le requin marteau halicorne est une espèce qui connaît une forme de ségrégation sexuelle, c’est-à-dire que les mâles et les femelles ne se tiennent habituellement pas ensemble. Les jeunes requins, en particulier les femelles, peuvent se regrouper en vastes bancs atteignant une centaine d’individus, pour trouver la sécurité près d’une source abondante de nourriture, dans les mers côtières et à l’abord des îles et des monts sous-marins. Les spécimens plus âgés vivent quant à eux seuls ou en couple. Certaines populations sont migratrices, c’est-à-dire qu’elles se déplacent dans les mers plus chaudes ou plus sécuritaires pour aller se reproduire, tandis que d’autres sont sédentaires, à savoir qu’elles demeurent toute leur vie dans la même région.

Menaces
Bien qu’il soit peu agressif, le requin marteau halicorne est considéré comme pouvant potentiellement constituer un danger pour l’humain. En revanche, l’humain représente un danger on ne peut plus considérable pour ce requin comme, d’ailleurs, pour la plupart des espèces de requins du monde. Les pêcheries telles, la pêche au chalut, à la senne, à la palangre, au filet maillant et à la ligne artisanale, notamment exercent une pression croissante sur les requins et sur les espèces de requins marteaux tout particulièrement. Ces poissons, les jeunes poissons surtout, se prennent et s’empêtrent dans les équipements de pêche, un phénomène que l’on nomme prises accidentelles. De plus, l’agrégation en bancs de plusieurs dizaines d’individus facilite la capture en masse.

Par ailleurs, le requin marteau halicorne est dangereusement exposé à la pêche aux ailerons, une pratique nourrit par les traditions culinaires et médicinales, notoirement en Chine. La démographie galopante de la Chine des dernières décennies a entraîné une demande énorme en ailerons de requin. On estime que de 1,3 à 2,7 millions de requins marteaux halicornes et de requins marteaux lisses sont ainsi échangés sur les marchés chaque année, soit 49 000 à 90 000 tonnes. Les plus grands exportateurs d’ailerons de requin sont l’Indonésie, l’Inde et l’Espagne.

Les données dont nous disposons indiquent que les requins marteaux halicornes connaissent un déclin rapide à l’échelle mondiale, soit une baisse en abondance de 50 à 90 % en moins de 40 ans dans de nombreuses régions comme l’ouest de l’océan Indien, l’ouest de l’Atlantique Nord et Sud, l’est du Pacifique et le large de l’Australie.

Le saviez-vous?
En 2006, une « nouvelle » espèce de requin marteau halicorne vivant au large de la Caroline du Sud a été annoncée. On qualifie cette population de cryptique dans la mesure où, malgré son apparence en tout point semblable aux requins marteaux halicornes communs, sa génétique présente certaines différences. Cependant plus de recherches seront nécessaires pour statuer sur cette question.

RÉFÉRENCES: Liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et Encyclopedia of Life.

Le Sedna aujourd'hui
Suivre la mission
Devenez MARIN VIRTUEL pour communiquer par courriel avec l’équipage, assister en direct à des diffusions depuis le bateau, télécharger de magnifiques fonds d’écran, et bien plus encore.
ENSEIGNANTS, inscrivez-vous dès maintenant et soyez les premiers informés des dernières nouvelles de la mission et des mises à jour de la section Éducation. Votre inscription vous donnera accès aussi à des projets pédagogiques qui vous permettront de parler en direct avec l’équipage du SEDNA IV.