La dérive des continents
photo1de3
La dérive des continents

L’une des découvertes scientifiques marquantes du 20e siècle fut réalisée par Alfred Wegener (1880-1930), un météorologue qui, il y a cent ans (soit à partir de 1912), commença à formuler la théorie de la dérive des continents. Cette théorie soutient que l’écorce de la Terre est divisée en plaques, un peu comme les écailles brisées d’un oeuf, et que ces plaques dérivent, mues par les lents mouvements de masse (convection) qui animent le chaud manteau terrestre.

L’une des découvertes scientifiques marquantes du 20e siècle fut réalisée par Alfred Wegener (1880-1930), un météorologue qui, il y a cent ans (soit à partir de 1912), commença à formuler la théorie de la dérive des continents. Cette théorie soutient que l’écorce de la Terre est divisée en plaques, un peu comme les écailles brisées d’un oeuf, et que ces plaques dérivent, mues par les lents mouvements de masse (convection) qui animent le chaud manteau terrestre. Ces sont distinctes des continents et leurs marges sont plus souvent qu’autrement sous-marines. La forme de continents est un indicateur de la disposition des continents dans un lointain passé, le plus célèbre exemple étant l’imbrication de l’Est de l’Amérique du Sud avec l’Ouest de l’Afrique.

Les idées de Wegener furent mal reçues à l’époque. Il fallut attendre les années 1960s pour que cette théorie soit largement acceptée dans les milieux scientifiques, notamment grâce aux travaux du géologue canadien John Tuzo Wilson (1908-1993). Wilson parvint à découvrir un mécanisme cohérent (les points chauds) pour expliquer la formation de la chaîne Hawaï-Empereur responsable, notamment, de l’archipel d’Hawaï. Il contribua aussi à notre compréhension de l’expansion des fonds océaniques près des dorsales sous-marines, ces chaînes de montagnes qui bordent les marges des plaques tectoniques. Enfin, Wilson énonça les trois grandes catégories de marges tectoniques : convergentes, divergentes et transformantes.

L’étude de la géographie terrestre et de son évolution est essentielle si l’on souhaite comprendre et apprécier l’envergure de la biosphère telle que nous l’observons. Nous savons maintenant que les principales masses émergées (les continents) se regroupent à tous les 200 ou 300 millions d’années pour former un supercontinent. C’est le cycle de Wilson.

Le Sedna aujourd'hui
Suivre la mission
Devenez MARIN VIRTUEL pour communiquer par courriel avec l’équipage, assister en direct à des diffusions depuis le bateau, télécharger de magnifiques fonds d’écran, et bien plus encore.
ENSEIGNANTS, inscrivez-vous dès maintenant et soyez les premiers informés des dernières nouvelles de la mission et des mises à jour de la section Éducation. Votre inscription vous donnera accès aussi à des projets pédagogiques qui vous permettront de parler en direct avec l’équipage du SEDNA IV.