Fiches des espèces

Dauphin à flancs blancs de l'Atlantique

MÉDIAS

  • Dauphin à flancs blancs de l'Atlantique
  • Dauphin à flancs blancs
  • Dauphin à flancs blancs
  • Dauphins à flancs blancs
  • Dauphin à flancs blancs

Le dauphin à flancs blancs visite régulièrement le golfe du printemps à l’automne, surtout au large de la Basse-Côte-Nord.

Particulièrement abondant, il est observé aussi en Gaspésie et s’approche des côtes en été et à l’automne.

On estime leur nombre à 12 000 individus dans le golfe.

Sa présence dans l’ estuaire est exceptionnelle et généralement de très courte durée.

Les dauphins à flancs blancs de l’Atlantique vivent dans les eaux tempérées froides de l’Atlantique Nord.

Le dauphin à flancs blancs de l’Atlantique ne figure pas sur la Liste des espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables au Québec.

Cette espèce est considérée comme « non en péril » par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).

Elle est classée comme « préoccupation mineure » sur la liste rouge de l’Union nationale pour la conservation de la nature (UICN).

Ils se nourrissent principalement de petits poissons pélagiques, de calmars et parfois de petits crustacés benthiques.


Espèces illustrées: (de haut en bas, de gauche à droite): hareng, calmar, crevettes.


Cette espèce grégaire vit en groupes de 3 à une cinquantaine d’individus, à l’intérieur de grands troupeaux pouvant en contenir plusieurs centaines, voire un ou plusieurs milliers.


Crédit photo: Jean Lemire

On ne connaît pas le répertoire vocal de ces deux espèces.

On suppose que, comme les autres odontocètes, ils émettent des sons de haute fréquence pour se diriger et repérer leurs proies (écholocation) et des sons de plus basse fréquence.

Les dauphins sont des nageurs rapides qui peuvent atteindre une vitesse entre 25 et 45 km/h.

Leur mouvement de nage énergique est spectaculaire.

Ils exécutent des sauts et des pirouettes hors de l’eau et retombent bruyamment sur la surface.


Crédit photo: Jean Lemire

On sait peu de choses sur leurs habitudes de plongée, mais leurs proies se situent habituellement entre la surface et 100 m de profondeur.

Aucune recherche n’est présentement dédiée à cette espèce en particulier.

Il est toutefois possible de se référez à la banque de recherches multi-espèces de Baleines en direct pour en apprendre plus sur les recherches menées sur les espèces du fleuve Saint-Laurent.